Maïmouna Coulibaly Camara (Mali)


Peacewomen

« Mon travail profite au pays, aux filles, aux femmes, à la famille et à l’humanité toute entière. »

La grande dame à l’allure imposante a derrière elle une brillante carrière dans l’enseignement, au cours de laquelle sa principale préoccupation a été de contribuer à préparer les jeunes générations à mieux affronter la vie. Maïmouna Coulibaly Camara a été la première directrice générale du Centre Aoua Keita à Ouolofobougou, dans le district de Bamako. Le Centre se spécialise dans le développement professionnel des jeunes filles ayant abandonné l’école.

Maïmouna Coulibaly Camara a dirigé le Centre Aoua Keita, de sa création, en 1996, jusqu’en 2005, et ce, avec une détermination et un courage sans faille. L’enseignement étant sa profession, elle était et demeure une personne disposée à réellement servir son pays. Madame Coulibaly Camara représente l’espoir des filles déscolarisées, elle les prépare à un avenir meilleur qui puisse leur assurer l’indépendance professionnelle.
Née à Gao (à 1200 kilomètres de Bamako), Maïmouna est enseignante au secondaire. Elle a déjà formé plusieurs cadres qui exercent les métiers les plus divers : comptabilité, inspection douanière, secrétariat de direction et rédaction administrative. Posée, cette dame est très attentive à ce qui se passe autour d’elle et sait bien accueillir les gens et maintenir son Centre en activité. En 1996, lorsque le commissaire à la Promotion de la femme l’a recommandée pour devenir directrice du Centre Aoua Keita, peu de gens ont porté attention. On n’avait pas encore conscience de l’intérêt de cette inconnue pour son pays et de son désir de l’aider en orientant ses efforts vers l’insertion socioprofessionnelle des filles qui n’avaient pas eu la chance de poursuivre leurs études. Elle voulait aider celles qui étaient menacées de sombrer dans la marginalisation et la prostitution, en leur offrant notamment des formations en couture ou dans le domaine de l’hôtellerie. Cette suggestion a été accueillie à bras ouverts par les jeunes femmes et leurs parents.

Bon nombre de filles qui ont abandonné l’école se bousculent aux portes du Centre Aoua Keita pour s’inscrire aux différents cours qu’y offre Maïmouna Coulibaly Camara. Grâce à cette structure, des filles qui avaient perdu tout espoir de réussite scolaire ont su apprendre un métier et sont aujourd’hui intégrées dans la vie professionnelle.

Coordination des associations et ONG féminines du Mali (CAFO)
Centre Aoua Keita

Afrique | Mali