Saeeda Mohd Bedri Mohd Abu Hadia (Soudan)


Peacewomen

« Mon but est de faire de l’éducation un droit pour toutes les jeunes Soudanaises. Je travaille également pour l’autonomie et le développement des femmes. »

Saeeda Mohd Badri Abu Hadia est née à Sinkat, au Soudan, où elle a achevé ses études primaires. En 1995, elle obtient une maîtrise en Sciences de l’université Ahfad pour les femmes, à Khartoum. Saeeda est aujourd’hui analyste en développement dans l’est du Soudan. Elle aborde les enjeux féminins, particulièrement la lutte contre l’excision. Elle travaille auprès de militantes tant sur le plan national qu’international. Elle aide des groupes de femmes à s’organiser dans la région de la Mer Rouge, à réfléchir à des actions stratégiques communes et à participer aux processus décisionnels.

La partie orientale du Soudan où Saeeda travaille aurpès des nomades Beja est une société profondément tribale. Le climat des collines de la Mer Rouge est aride et sec ; la région est aux premières lignes de la zone du conflit oriental. Les femmes y ont un triste statut et ne participent aucunement à la vie sociétale. Dans les communautés traditionnelles soudanaises, l’excision est une question très délicate et un grand défi. La culture et les traditions dominantes sont une entrave aux efforts pour changer les habitudes des populations locales, habitudes qu’elles considèrent comme une partie intégrante de leur identité et de leurs valeurs. Quand Saeeda a amorcé sa campagne contre l’excision, elle a dû affronter une grande résistance de la part des dirigeants tribaux, qui percevaient son action comme une sérieuse menace à leur système de croyances et à leur identité culturelle. Elle a surmonté ces défis grâce au soutien de son père, de sa mère et des personnes partageant ses idées, et qui étaient déterminées à faire régner la justice et la paix dans la communauté. Dans son travail, elle s’est grandement inspirée des idées de son père, qui a toujours soutenu son point de vue. Il a été un militant à toute épreuve pour l’éducation des filles et les droits des femmes, bien que lui-même n’ait pas reçu d’éducation scolaire.
Saeeda et son groupe de soutien ont réussi à exprimer les difficiles problèmes des femmes en matière de décision et à lancer maintes campagnes pour défendre les droits des femmes. Elle a risqué sa vie plus d’une fois dans l’accomplissement de ses tâches, cherchant à changer les mentalités et les attitudes des gens envers les femmes vivant dans les zones rurales.

Pour Saeeda, le but de son œuvre est d’obtenir la justice sociale è l’égard des femmes au Soudan. Par son action constante, elle a sauvé de l’excision 30 % des petites filles, malgré la résistance acharnée des communautés tribales.

Société Abu Hadia (AHS – Abu Hadia Society)

Afrique | Soudan