Fatima Abdelrahim Osman (Soudan)


Peacewomen

« Mon but est d’améliorer les conditions de vie de tous les malheureux au Soudan, spécialement les femmes. »

Fatima Abdel Rahim Osman est une autodidacte. En 1960, elle s’est lancée dans l’agriculture du secteur privé, à El Godar, un village du nord soudanais. Ses terres produisent annuellement d’abondantes récoltes de dattes, d’arachides et de sorgho, et emploient un grand nombre d’ouvriers. Fatima adopte une approche pragmatique au développement social. Sa lutte se concentre sur la réduction de la pauvreté et l’amélioration des conditions de vie des personnes défavorisées au Soudan. De plus, elle est membre du SWGU.

Fatima a grandi dans un village tribal du nord du Soudan et n’a donc pas fréquenté l’école. Lorsque son époux est décédé, lui laissant la lourde charge d’élever cinq enfants, elle a été forcée de travailler pour assurer leur subsistance. C’est à ce moment qu’elle a eu l’inspiration de chercher un moyen d’améliorer les conditions économiques de son village. En 1960, lorsqu’elle a commencé à travailler, Fatima ne disposait d’aucune ressource financière. Or, grâce à la confiance que lui témoignait la population locale, elle a pu emprunter de l’argent pour démarrer une petite entreprise. Ses affaires ont prospéré au point de lui permettre d’acheter une ferme de cinq acres avec des palmiers. Au début, elle travaillait la terre manuellement, selon la coutume. À mesure que son revenu augmentait, elle achetait de la machinerie pour cultiver la terre. En plus de cultiver des dattes, elle a ajouté du pâturage, qu’elle vend en partie et qui sert en partie à nourrir ses chèvres et ses moutons.
La grande productivité de sa terre a valu à Fatima une réputation de fermière. En plus des dattes, des arachides et du sorgho qu’elle cultive annuellement, elle procure un travail à bon nombre de femmes et d’hommes du village. En créant de l’emploi, elle pense avoir contribué à améliorer la qualité de vie des gens de son village. On l’applaudit comme un modèle de réussite féminine, dans une société dominée par les hommes, où l’autonomie financière de la femme est méprisée. Elle est un exemple pour les femmes et les inspire à prendre confiance en leurs moyens. Elle a prouvé que même sans scolarité, les gens pouvaient tenter leur chance dans la vie et participer à l’amélioration et au bien-être de la collectivité.

Fatima s’est lancée en affaires au Soudan sans aucun moyen. Maintenant, son travail contribue à améliorer les conditions économiques de nombreuses familles au Soudan, spécialement dans les villages. La production abondante de ses terres fournit le nord du Soudan en dattes et en arachides, qui sont des aliments essentiels.

SWGU, Syndicat général des femmes du Soudan (Sudanese Women General Union)

Afrique | Soudan