Meaza Ashenafi (Éthiopie)


« Mon objectif est d’éradiquer toutes les formes de discrimination contre les femmes et de leur assurer des chances égales en éducation, en emploi et dans le milieu public. »

Née en 1965, Meaza Ashenafi est juge à la Haute Cour d’Éthiopie de 1989 à 1992. En 1993, elle devient conseillère juridique à la commission constitutionnelle en Éthiopie. En 1995, elle participe à la fondation de l’EWLA, dont elle devient la directrice générale. À titre d’avocate, elle représente des milliers de femmes à la cour. Elle se consacre à faire connaître les besoins des femmes défavorisées par les structures sociales et économiques. Elle se sert de son expérience juridique pour faire pression en faveur d’amendements aux lois constitutionnelles qui défavorisent les femmes éthiopiennes.

L’Éthiopie est le plus grand pays de la Corne de l’Afrique en population et le deuxième plus grand en superficie. Les infrastructures sont très pauvres, surtout en région rurale. Les valeurs de la société éthiopienne, qui sont très patriarcales face à la participation des femmes à la plupart des sphères, violent de façon évidente les dispositions constitutionnelles du pays. Dans leur travail, les organisations de la société civile sont confrontées à d’extrêmes difficultés, allant de l’oppression gouvernementale à la violence pure et dure. En outre, la situation économique ne favorise pas la participation des femmes à la société civile. Les Éthiopiennes ne jouent pas un grand rôle dans l’économie et profitent peu de ses avantages.
Meaza proteste. Elle vise la justice sociale et l’égalité pour les Éthiopiennes. Sa contribution est axée sur la promotion et la protection de leurs droits politiques et sociaux; elle se concentre sur les problèmes culturels et d’attitude associés à la sexospécificité dans une société conservatrice. C’est en tant que membre de l’EWLA que Meaza demande à la HPRRC (chambre des représentants et conseils régionaux) d’amender certaines lois constitutionnelles, en respect des droits humains proclamés par l’ONU. La mission prioritaire de Meaza est le renforcement de l’autonomie des femmes et l’abolition des injustices causées par les lois. Opposée au sexisme sous-jacent de la Loi sur la famille de 1960, Meaza amorce une campagne qui mène à sa modification en 2000. Elle participe aussi à l’ébauche de la constitution de l’Éthiopie, qui accorde maintenant aux femmes toute une gamme de droits politiques, sociaux, juridiques et économiques.

C’est grâce aux remarquables efforts de Meaza Ashenafi que l’Éthiopie est devenue une société équitable et que le pays tire maintenant parti de la pleine participation de milliers de femmes, depuis les changements sociaux et structurels de la dernière décennie.

EWLA (Association des femmes avocates éthiopiennes)
ECCIG (Commission constitutionnelle éthiopienne pour un gouvernement intérimaire)

Afrique | Éthiopie