Shirin Banu (Bangladesh)


« Nous sommes tous des guerriers dans notre propre petite orbites, et ces efforts devront nous conduire vers une société exempte d’obstacles religieux, libre de la faim.

Shirin Banu (née en 1951) a combiné sa très efficace expérience en politique et avec son travail dans le mouvement des femmes sur l’autonomisation des femmes leaders de niveau local. Elle a motivé les femmes chefs de l’Union Parishad (unité de base législatif) à se structurer en un forum des femmes qui peuvent négocier collectivement, de faire valoir leurs droits et pouvoirs. Elle a également travaillé à créer des groupes locaux de femmes d’unir les femmes dans les régions rurales du Bangladesh contre le fondamentalisme.

Shirin Banu provient d’un libéral et d’une formtion politiquement activeSes deux parents étaient des membres actifs du parti communiste. Sa mère était la première femme du groupe parlementaire et la première secrétaire générale de la Ligue Awami Mahila. Cela a évidemment conduit Shirin d’ être politiquement active depuis ses jours à l’école primaire. L’une des plus connues comme combattante de la liberté, Shirin s’est troublée de voir que les femmes se sont vues refuser la possibilité de combattre sur le front. Par conséquent, elle s’est, elle-même, déguisée en homme et s’est rangée dérrière cette guerre. Shirin travaille tout au long de sa vie avec les femmes dans le cadre du programme de développement de l’Académie pour le développement rural de Bangladesh. Elle travaille maintenant avec des femmes leaders dans les régions rurales du Bangladesh, son plus remarquable succès étant la mise en place d’un forum de femmes élues au sein de l’Union Parishad (Bangladesh législative la plus petite unité), qui travailleraient ensembles à faire valoir leurs droits inaliénables. C’est dans cet esprit qu’elle a créé plusieurs organisations féminines locales. « Nous sommes tous des guerriers dans notre propre petite orbite et ces petits efforts nous conduisent vers une société exempte d’obstacles religieux, nous amènant à la liberté de la faim, et nous aide à mettre fin à toutes les formes de discriminations », dit-elle.

Les groupes de femmes au Bangladesh se battent pour le droit des femmes à l’élection directe au Parlement, qui a le parti au pouvoir de nomination des femmes à celui-ci. En 1998, le gouvernement a adopté un projet de loi donnant droit aux femmes des villages de contester les éléctions locales.

Prip d’affectation spéciale

Asie du Sud | Bangladesh

Ce article est également disponible en English.